la solitude : couette d’hiver et drap d’été

Mais comment tu fais pour passer autant de temps toute seule ?

Quelques semaines avant de commencer ma thèse, j’ai lu cet article qui parlait de la solitude chez les doctorant∙es, et c’est avec cette émotion que j’inaugure ce carnet.

Je travaille le plus souvent seule chez moi, parfois en bibliothèque, dans mon ancienne école lorsqu’elle était ouverte, rarement dans un café, très rarement dans le train. Mon travail quotidien est fait de petits voyages entre le lit, le bureau, le canapé, la cuisine, la terrasse, le jardin. Assise, avachie, debout.

Est-ce que je me sens seule ? Non. J’ai l’habitude d’être en face de moi-même depuis un moment. Je n’ai pas de bureau à la fac, la plupart des bibliothèques me semblent peu chaleureuses et les journées de travail organisées par l’école doctorale sont plutôt destinées à la rédaction du manuscrit.

Je fais partie de ces gens qui sont vite fatigués par la compagnie des autres, même en les aimant fort. Ce qu’on appelle l’introversion, ça me parle : c’est le plus souvent seule que je me recharge en énergie.

Le petit problème qui se pose, c’est que manquant très rarement de contact social, je le cherche peu, et me retrouve à attendre parfois très (trop) longtemps avant de prendre contact ou demander conseil, que ce soit à ma directrice, des ami∙es, ou des collègues doctorant∙es et chercheur∙euses.

Et quand le contact est pris, quand les mots sont dits, toujours cette phrase surgit : “Pourquoi on n’en a pas parlé plus tôt ?”

Fonctionnement très utile (non).

Étonnamment, alors que le confinement vidait les personnes extraverties de leur carburant social, c’est la période qui a été pour moi la plus riche en conversations, en conseils, en discussions. Une grande partie de ces interactions vient de la création d’un serveur Discord d’échange et d’entraide entre doctorant∙es. (merci Mathilde et Alexandre)

trad. : “je pars à l’aventure !”

S’est ouvert à moi un monde nouveau empli d’échanges bienveillants. C’est une taverne accessible à toute heure du jour et de la nuit, avec des sages, des drôles, des insomniaques, des inépuisables, des épuisé∙es. Un endroit d’où l’on peut apparaître et disparaître à tout moment sans craindre l’impolitesse et surtout la fatigue sociale. C’est aussi un espace de débat et de confrontation aux méthodes des autres, entraînant de nombreux doutes et remises en question.

C’est cette présence numérique qui m’a redonné des envies de rencontres réelles, enfin non-virtuelles, analogiques disons.

Je ne me sens toujours pas seule dans mon travail, mais le “Pourquoi on n’en a pas parlé plus tôt ?” se transforme peu à peu en “Je suis contente qu’on en ait parlé, merci !”

Les mille étapes entre le surgissement du doute et sa mise en mots paraissent moins graves, moins nombreuses.

Alors oui, il aura fallu un énième réseau social et une paralysie doctorale pour cause de pandémie pour réussir à me faire dire que parler de ma thèse avec des gens, c’est sympa.

Ces derniers mois, beaucoup ont dû apprendre à composer avec une solitude nouvelle, à apprivoiser leurs angoisses, à vivre coupé-es de leur environnement de travail, et nous autres solitaires leur avons donné autant de ressources que possible pour adoucir cet apprentissage. Pendant ce temps, j’ai appris tout l’inverse : demander conseil, prendre des nouvelles, faire relire un texte, profiter d’une émulation collective, présenter mon travail, postuler à des événements. Je chéris toujours ma solitude. Aider d’autres personnes à apprivoiser la leur a simplement rendu la mienne plus souple, moins opaque. J’arrive mieux à la lâcher de temps en temps.

J’ai troqué la couette d’hiver contre le drap d’été, si tu veux : c’est moins moelleux, mais c’est plus léger, et on a moins envie de rester dedans toute la journée.

J’ai cherché longtemps mes mots pour tenter de donner des conseils, sur comment sortir de la solitude ou y entrer sereinement, mais toutes mes phrases se terminent avec une impression de conseil bateau, convenu, inutile. Voyez plutôt : la solitude, c’est une question de temps et de connaissance de soi. On est bien avancé∙es.

À la place, je conseille l’écoute de cet épisode du podcast Émotions de Louie Média. J’ai mis le lien vers Soundcloud, mais il est disponible aussi sur Youtube et Deezer.



Citer ce billet
Elise Goutagny (2020, 5 juin). la solitude : couette d’hiver et drap d’été. Ctrl+F. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://ctrlf.hypotheses.org/25

Une réflexion sur « la solitude : couette d’hiver et drap d’été »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search